Alisha, 14 ans, tuée à Argenteuil : son agresseur décrit comme un «un adolescent timide» – Le Parisien

Ce n’était que des camarades de classe, amis, amoureux… Leur relation a basculé dans l’horreur la plus totale ce lundi après-midi. Un adolescent de 15 ans, tout comme sa petite amie du même âge, ont été mis en examen ce mercredi soir pour l’assassinat d’Alisha, 14 ans.

Rien a priori ne pouvait laisser présager un tel passage à l’acte, selon l’avocat du jeune homme. « Je suis particulièrement stupéfait que l’adolescent que j’ai vu ait pu commettre les faits qu’il raconte, souligne Me Franck Berton. Il a bien fallu qu’il se passe quelque chose pour qu’il en arrive là. Ce n’est pas possible autrement. Ce sera l’objet de l’instruction judiciaire et du procès d’essayer de le comprendre. »

«On ne voulait pas la tuer, on ne comprend pas»

Devant la police, le jeune homme a reconnu les faits. « Il n’a rien éludé de sa responsabilité devant les services de police. Il dit tout. Les coups, le gant… Il explique qu’elle respire encore lorsqu’ils la jettent à l’eau. Il dit qu’ils pensent qu’elle va nager. Il ne s’explique pas son geste, insiste son conseil. Le procureur ne peut pas dire qu’il n’a pas de remords. C’est un ado de 15 ans qui était en larmes à mes côtés devant le juge d’instruction, puis devant le juge des libertés. Il me dit : On ne voulait pas ça. On ne voulait pas la tuer. On ne comprend pas. Ce n’est pas possible. »

L’avocat évoque « une rivalité entre les deux filles [pour le jeune homme] qui s’est exacerbée de semaine en semaine. » « En septembre, Alisha et cet ado ont eu une relation pendant une ou deux semaines. Puis ce dernier a noué une relation avec l’autre adolescente pendant trois ou quatre mois. Il est éperdument amoureux, c’est sa première relation sexuelle. Les deux filles étaient les meilleures amies du monde. Cela a abouti à une relation complètement tumultueuse entre les trois. »

VIDÉO. Alisha, tuée à Argenteuil : son agresseur «restait chez lui, avait peur de tout», selon un voisin

Alors pourquoi ce déchaînement de violence de la part de cet adolescent ? « Il est décrit par les services éducatifs comme timide, un peu casanier même. Il a très peu d’amis au collège comme à l’extérieur. Il a une passion pour l’informatique et le graphisme. Il peut rester des heures sur son ordinateur pour travailler. Il ne joue pas. Son père est mort il y a plusieurs années. Ce qui a été pour lui un choc important », poursuit Me Franck Berton.

Newsletter L’essentiel du 95

Un tour de l’actualité du Val-d’Oise et de l’IDF

Dans le bas d’Argenteuil, au quartier Orgemont-Volembert où il réside, le garçon de 15 ans était perçu comme « un petit du quartier », « qui n’est pas dans les histoires, ou un enfant perturbé, avec un casier judiciaire ».

« Il était dans sa bulle », estime un voisin. Il aurait passé son adolescence plongé dans les ordinateurs – et aurait même monté sa propre machine avec des pièces –, les jeux vidéo et les clips de rap. Il n’aurait pas eu, en tout cas, l’apparence d’un jeune homme menaçant. « Avec un regard, on le faisait fuir, poursuit le jeune majeur. Je lui aurais cassé la main en la serrant trop fort. »

«Il n’allait plus en cours»

Depuis « cinq ou six mois », la jeune mise en cause se rendait souvent au domicile du garçon, où il vivait avec sa maman et sa sœur qui subvient, selon cet habitant, aux besoins de la famille, depuis le décès du père. « Ils semblaient complices, comme un couple normal. Mais il était sous l’emprise de sa copine. Même sa mère n’arrivait plus à discuter avec lui. »

« Il n’allait plus en cours comme elle n’y allait pas non plus. Sa mère lui disait d’aller à l’école, moi aussi », poursuit le voisin. Ce qu’une élève de son établissement confirme : il était décrocheur. Déjà, après son exclusion du collège pour absentéisme, sa maman l’avait orienté vers la classe de 3e de ce lycée professionnel privé gratuit pour un meilleur suivi.

« Sa mère est choquée de son fils, de la petite amie et de ce qu’il a pu faire. Elle est dépassée. Elle voulait toujours le meilleur pour lui et a fait le maximum, même quand ce n’était pas facile », poursuit ce voisin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
15 × 17 =